in

Rose Hapuque : « Je suis une personne normale avec pour mission de diriger la représentation des femmes de type 4 »

Rose Hapuque : "Je suis une personne normale avec pour mission de diriger la représentation des femmes de type 4"

Lorsqu’elle est entrée dans la transition capillaire en 2011, la blogueuse Rose Hapuque, 25 ans, ne savait même pas que la décision d’avoir des cheveux naturels avait un nom. Sans compter tout le contenu disponible aujourd’hui pour ceux qui cherchent à relever ce défi, elle a dû apprendre à gérer seule la texture de ses cheveux 4C. Maintenant il dirige le blog Mes cheveux de type 4 et montrer de belles et volumineuses mèches, étant une référence pour les filles qui ont le même type de cheveux et veulent montrer leurs cheveux bouclés au monde. Dans une conversation exclusive, Baiana parle de ses défis capillaires, donne des conseils aux propriétaires de serrures de type 4C et raconte comment ses cheveux l’ont fait changer de l’intérieur. Cela vaut la peine de vérifier!

ATH interviewe Rose Hapuque

modèle hapuke rose
Photo: Lecture / Instagram @rosehapuque

All Things Hair : Qu’est-ce qui vous a motivé à passer par la transition capillaire ? Comment étaient vos cheveux avant cette décision ?

Rose Hapuque : J’ai repris mes cheveux naturels lors de ma deuxième transition. La première a duré un an, mais à cause des pressions familiales, j’ai recommencé à me lisser les cheveux. En 2011, j’ai commencé à ressentir un grand besoin de me voir avec les cheveux avec lesquels je suis né. Je me suis toujours considérée comme noire et j’ai vu mes cheveux comme un renfort d’identité. Avant de passer par la transition, j’ai utilisé différents produits chimiques pour avoir des cheveux plus lisses, comme l’ammoniac, la guanidine et même des cheveux progressifs, mais chaque fois que j’ai vu cette racine bouclée naître, j’ai réalisé qu’elle n’allait pas atteindre le « lisse idéal ». J’ai décidé d’arrêter de me lisser les cheveux et j’ai répondu à l’appel transition capillaire qui, jusque-là, ne savait même pas ce que c’était.

ATH : Comment est née l’idée de créer « Mes cheveux de type 4 » ? Qu’est-ce qui a changé dans votre vie ?

Rose Hapuque : Le blog Meu Cabelo Type 4 a vu le jour après une longue période d’agitation : je n’ai pas vu de blogs et Youtube de femmes aux cheveux bouclés de type 4. Jusque là l’idée n’était pas de travailler avec les réseaux sociaux, mais d’apporter une forte représentation au type 4 les femmes, encore plus les 4C qui, jusqu’alors, se voyaient avec une chevelure qui n’était pas encore acceptable par la société.

Quand je suis devenu youtubeur je n’ai pas senti de grandes différences dans ma vie, mais j’ai décidé de vraiment m’investir dans ce métier. Aujourd’hui, sachant que je contribue à renforcer l’estime de soi de tant de femmes à l’intérieur et à l’extérieur du Brésil, ma vie a complètement changé. Je ne m’étais jamais vu comme un personnage public et j’avoue que je ne me vois toujours pas. je suis une personne normale avec mission d’apporter la représentation des femmes de type 4 sur les réseaux sociaux.

modèle hapuke rose
Photo: Lecture / Instagram @rosehapuque

ATH : La transition n’est pas facile et seuls ceux qui l’ont vécue le savent. En tant que propriétaire de cheveux 4C, pensez-vous que le processus était plus difficile ? Comment s’est passée l’adaptation au tissage de vos fils ?

Rose Hapuque : Mec, quelle question incroyable ! Aujourd’hui, nous trouvons beaucoup de vidéos de transition capillaire sur Internet et parfois elles donnent même l’impression que ce moment est facile. Lorsque j’ai traversé la transition il y a cinq ans, je n’avais presque aucun accès à ces informations et au processus que je traversais. Je veux dire, je ne savais même pas comment, je savais juste que je voulais récupérer mes cheveux naturels. C’est drôle que je ne savais pas que j’étais en transition à l’époque.

Mais voici la partie la plus redoutée par beaucoup : découvrir notre véritable type de cheveux. Au cours des premiers mois, nous ne savons pas quel sera notre type de cheveux. J’avoue que je n’avais pas accès au tableau des types de cheveux à l’époque, mais je savais que mes cheveux allaient être très bouclés. J’ai donc traversé toute la transition capillaire en utilisant des tresses faites à partir de mes cheveux par ma mère ou ma sœur. J’ai suivi ce processus pendant huit mois jusqu’au jour de bonne côtelette (coupe grossière).

Le processus était assez compliqué, parce que je ne pouvais pas garder les deux parcelles. Les cheveux super bouclés naissent à la racine et, aux extrémités, des cheveux cassants, pleins de détente et progressifs, super fins et fins. Et pourtant, après la grosse coupe, j’ai passé un an à porter mes cheveux à l’intérieur bouffée afro, parce que je ne savais pas comment le manipuler ou l’utiliser d’une autre manière. C’était tout nouveau pour moi, mais je ne l’ai pas regretté.

ATH : Le traitement et la mise en valeur des cheveux bouclés sont-ils les mêmes que ceux des cheveux bouclés ? Que faut-il changer ?

Rose Hapuque : Ce n’est pas ça. La forte appréciation des cheveux bouclés est évidente : il semble y avoir une tendance du « plus ‘parfait’, mieux c’est ». Toujours en termes de marketing, nous pouvons voir le traitement réservé aux cheveux bouclés sur le marché lorsqu’il s’agit de représenter une marque ou un produit, dans les publicités et dans les actions. Une question que nous nous posons toujours est le manque de plus de produits ciblant notre type de cheveux, qui est totalement différent des cheveux bouclés.

C’est beaucoup plus facile à trouver produits pour cheveux bouclés que pour les cheveux bouclés, car le marché n’a pas encore réalisé que nous avons des cheveux différents avec des besoins différents. Le traitement des cheveux bouclés est meilleur et plus facile car beaucoup considèrent encore les cheveux bouclés comme des cheveux laids et les cheveux bouclés comme acceptables. Nous devrions travailler davantage sur cette question de représentation au sein du marché. Outre l’importance que cette représentation apporte à nos enfants lorsqu’ils se voient davantage dans les médias et savent que les cheveux bouclés ne sont pas laids, ce ne sont pas de mauvais cheveux.

modèle hapuke rose
Photo: Lecture / Instagram @rosehapuque

ATH : Comment se passe votre routine de soins capillaires ? Comment préférez-vous porter vos cheveux et quelle est votre finition préférée ?

Rose Hapuque : Comme je travaille avec mon image et mes cheveux, je maintiens une routine de soins capillaires bien planifiée en raison du calendrier d’inscription, des horaires et des déplacements. Je me lave les cheveux trois fois par semaine. Je suis un fan de techniques libérées il y a quatre ans et utiliser shampoing sans sulfate une fois par semaine. Les deux autres fois j’exécute la technique co-lavage. Parfois, je n’utilise pas de shampoing, juste le bon vieux co-wash dont nos cheveux bouclés raffolent.

Quand j’ai appris à gérer mon type de cheveux, j’ai aussi trouvé mon style et comment j’aime me voir devant le miroir. Je me sens bien quand mes cheveux sont merveilleusement volumineux et bien coiffés. Dans toutes mes finitions je donne la priorité au volume des cheveux, à tel point que je ne me retrouve pas avec des crèmes moins consistantes. Mes finitions préférées qu’ils me donnent quelques jours plus tard sont quand j’utilise le gel/gelée pour finir avec un peu d’huile, ou quand je fais le Méthode LOC (liquide + huile + crème). Il y a deux finitions qui rendent mes cheveux super, mais je ne fais pas de montage, car je veux beaucoup de volume et moins facteur de contraction possible.

ATH : Quelles sont les pires erreurs qu’un propriétaire de cheveux bouclés puisse commettre ?

Rose Hapuque: Ne le traitez pas comme s’il était bouclé, car ce n’est pas le cas. Ne commettez jamais l’erreur de ne pas accepter la texture, car ce n’est qu’à partir de ce moment-là que vous pourrez apprendre à mieux prendre soin de vos cheveux et à rechercher des traitements adaptés pour eux. Ne vous lavez pas les cheveux tous les jours : nos cheveux sont déjà secs par nature et un lavage quotidien ou l’utilisation continue de shampoing au sulfate peut les laisser secs et sans vie. Peignez vos cheveux sans réfléchir, car cela endommage les mèches et peut causer une grande casse des cheveux. Démêlez toujours les cheveux humides avec un peu de crème pour faciliter le processus..

modèle hapuke rose
Photo: Lecture / Instagram @rosehapuque

ATH : Même si la transition s’accélère, beaucoup de conseils s’adressent encore aux cheveux bouclés. Fonctionnent-ils ou faut-il différencier le traitement capillaire 4C ?

Rose Hapuque : Certaines astuces fonctionnent et d’autres non. Je vois beaucoup de filles bouclées rouler leurs cheveux avec du papier toilette et même des pailles. Des techniques de texturation comme celles-ci sont délicates pour une fille 4C qui est là avec des racines super hautes et des boucles qui poussent et les extrémités sont lissées. Par exemple, au quatrième mois de transition, je ne pouvais même pas tenir mes cheveux correctement avec cette racine super pleine et ces pointes fines. J’ai déjà commencé à recourir tresses nago. Aujourd’hui, de nombreuses filles 4C se tournent vers tresses de boîte ou encore la fameuse dentelle. Mais oui, un cheveu 4C de transition est très différent d’un cheveu bouclé, car ils ont tous deux des besoins complètement différents. Dès le moment de la transition, nos cheveux commencent à se poser huiles et beaucoup d’hydratation pour rester en bonne santé.

ATH : Selon vous, quels produits et accessoires sont essentiels pour quelqu’un qui vient d’embrasser les cheveux bouclés ?

Rose Hapuque : Tout d’abord, sachez que vous n’êtes pas obligé d’acheter tous les produits. Préparez un kit de base avec un bon shampoing hydratant, un masque de traitement puissant, qui ne doit pas nécessairement être cher, mais bon, une crème de peignage à consistance épaisse et, de préférence, contenant des huiles. les huiles végétales ce n’est jamais trop, il est important d’avoir toujours une bonne huile ou un bon beurre à portée de main, tant pour le mouillage que pour les traitements et finitions.

Vous aimez le volume ? joue avec peignes fourches. Il m’a fallu du temps pour apprendre à l’utiliser, mais aujourd’hui je l’aime tellement. Et, si vous n’avez pas la patience d’attendre que vos cheveux sèchent naturellement, c’est toujours bien de le faireséchoir avec diffuseurmais j’avoue ne pas être très doué car je trouve que ça dessèche beaucoup nos 4C.

ATH : Comment vous sentez-vous en sachant que vous êtes une référence pour tant d’autres personnes ?

Rose Hapuque : C’est trop surprenant ! Même dans mes rêves les plus fous, je n’imaginais pas qu’un jour je deviendrais une référence et une représentation pour les femmes. J’ai l’impression que ce n’est pas seulement une chaîne YouTube, un blog ou un réseau social, mais un moyen de communication qui prend la voix des femmes aux cheveux bouclés et leur apporte une représentation.

Je me sens responsable de toujours renforcer leur estime de soi et d’apporter une amélioration esthétique. Le pont que je fais aujourd’hui entre les personnes qui m’accompagnent et le marché est fantastique. En même temps, c’est surréaliste de réaliser à quel point le lien de crédibilité et de confiance que j’ai créé avec les milliers de personnes qui m’accompagnent est fort. Je sais qu’elles et elles sont les plus grandes références que j’ai dans ma vie à l’aune de ce que mes réseaux sociaux veulent faire écho dans le monde.

modèle hapuke rose
Photo: Lecture / Instagram @rosehapuque

ATH : Quelles sont les principales différences entre Rose avant et après la transition capillaire ?

Rose Hapuque : On pourrait passer des heures à en parler. J’ai beaucoup changé, extérieurement et intérieurement, après avoir repris mes cheveux naturels. Dans la transition capillaire, j’ai traversé de nombreux moments qui m’ont fait me sentir comme une femme de plus en plus forte sur le chemin du renforcement de ma déclaration d’identité.

Au cours de ma post-transition, j’ai perdu ma timidité, mon insécurité et ma peur d’être une femme. Je parle de peur car jusque-là je ne me voyais pas comme une femme « idéale », je ne me trouvais pas belle. Et l’estime de soi est quelque chose qui gâche tout notre corps, car elle se reflète non seulement sur notre extérieur, mais aussi dans nos actions. Aujourd’hui, je vois que cette fille extrêmement précaire est devenue une femme super forte et résiliente, capable d’aider à renforcer l’estime de soi de tant d’autres femmes. Tous ceux qui connaissent mon histoire savent à quel point j’ai changé et à quel point je change chaque jour qui passe, car s’il y a une chose vraie dans notre vie, c’est que nous naissons chaque jour pour mieux vivre.

Proposition de produit ATH

Pour les cheveux bouclés, nous recommandons le Shampooing soie original Keraforce Et Baume de soie original Keraforce. Compléter le lavage avec TRESemmé Original Crème Scellante pour Cheveux Bouclés.

[html_block id="12427"]

Written by coiffureafro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vaneza Oliveira : "J'ai reconnu la beauté de mes traits et de mes boucles"

Vaneza Oliveira : « J’ai reconnu la beauté de mes traits et de mes boucles »

Clip Curls : Apprenez à boucler vos cheveux en quelques étapes seulement

Clip Curls : Apprenez à boucler vos cheveux en quelques étapes seulement