in

Luci Gonçalves : « Découvrir à quel point vous êtes belle est une grande aide dans le processus d’estime de soi »

Luci Gonçalves : "Découvrir à quel point vous êtes belle est une grande aide dans le processus d'estime de soi"

Elle a grandi sans connaître les cheveux naturels et n’avait pas une bonne relation avec les mèches. Après avoir tourné cette histoire après deux transitions capillaires, elle adore aujourd’hui ses cheveux courts bouclés. En savoir plus sur la trajectoire capillaire de Youtuber Lumières Gonçalves dans cet entretien exclusif. Ici, il raconte un peu son processus d’acceptation et donne des conseils à ceux qui n’ont pas encore eu le courage d’y faire face. Inspirez-vous aussi, c’est incontournable !

L’ATH interviewe Luci Gonçalves

modèle par Luci Goncalves
Photo: Lecture / Instagram @lucigoncalvesa

All Things Hair: Aujourd’hui, vous montrez une bonne relation avec votre beauté et vos cheveux afro. Quelle était votre relation avec les cheveux quand vous étiez enfant ?

Lumières Gonçalves : C’était très compliqué car Je n’ai jamais vu mes cheveux dans leur forme naturelle. Il était toujours peigné à sec pour le maintenir en place, ou avec trop de crème pour le maintenir en place. Peu de temps après, à l’âge de 6 ans, la détente est arrivée, donc je ne savais pas vraiment ce que c’était, mais je détestais déjà ça. Mon père aimait mes cheveux bouclés, mais il y avait un problème : ils étaient bouclés, donc personne ne savait quoi faire pour en prendre soin.

ATH : Qu’est-ce qui vous a fait traverser la transition capillaire ? Quel a été votre plus grand apprentissage ?

Lumières Gonçalves : Prendre soin de mes cheveux a toujours été très fatigant, encore plus après les avoir lissés à 14 ans. À 16 ans, ma vie a commencé à devenir vraiment mouvementée et il devenait impossible de se réveiller tous les jours 1, 2 heures plus tôt juste pour se laver et se brosser les dents. J’avais déjà eu une coupe chimique et mes cheveux ne pouvaient pas récupérer ou pousser. Rien ne s’est bien passé, il a été visiblement détruit et le tableau de bord s’est aggravé de jour en jour. J’ai essayé de mettre « comment revenir aux hérissons » sur internet et j’ai découvert un monde qui commençait tout juste, celui de transition capillaire. Je n’ai pas réfléchi à deux fois et j’ai commencé sans crainte.

Mon plus grand apprentissage a sans aucun doute été de prendre des risques, en tout. Avant, j’avais peur de me regarder dans le miroir, d’utiliser un clip différent, de me coiffer, la plupart du temps peur de ce qu’ils diraient si je sortais de ce modèle que j’ai créé moi-même.

modèle par Luci Goncalves
Photo: Lecture / Instagram @lucigoncalvesa

ATH : Quelle est la plus grande différence entre Luci avant et après ce processus ?

Lumières Gonçalves : Luci n’avait aucune idée de ce qu’était l’amour-propre avant. Elle n’évoluait pas, elle ne parlait pas d’elle-même, elle avait même peur de penser différemment et de sortir de sa routine. Maintenant, je sens que je vis vraiment, que je change et que j’évolue. Il semble que la transition capillaire soit juste esthétique, mais ce n’est pas le cas. Cela commence d’abord par l’intérieur, tout change et ce n’est qu’ensuite que l’esthétique change. Aujourd’hui, je suis sûr de me présenter avec n’importe quelle coiffure, maquillage ou robe, tant que je me sens bien. Aujourd’hui je me respecte, je respecte mon temps, ma phase et mes choix.

ATH : Une coupe chimique vous a obligé à passer par la transition capillaire une seconde fois. Comment était cette expérience ?

Lumières Gonçalves : C’était voir tout changer intérieurement et extérieurement à nouveau. Esthétiquement, ça ne me dérangeait pas trop, car au premier pas j’y avais déjà goûté cheveux courts. Les premiers jours, c’était étrange, après un long moment avec un grand noir, n’avoir que deux doigts de cheveux me laissait un peu incertaine quoi faire. Mais je réapprenais à prendre soin d’eux, à apprendre d’autres choses et à m’aimer de cette façon.

modèle par Luci Goncalves
Photo: Lecture / Instagram @lucigoncalvesa

ATH : Comment vous est venue l’idée d’utiliser Internet pour parler de cheveux et d’autres sujets ? Selon vous, quels sont les plus grands défis et récompenses de ce travail ?

Lumières Gonçalves : Quand j’ai commencé, il n’y avait pas beaucoup de choses sur la transition capillaire pour aider les gens. J’ai lu de nombreux blogs étrangers, j’aspirais des informations et les transmettais personnellement à des connaissances et à des amis qui s’intéressaient à mon changement de cheveux. Les gens ne savaient pas qu’il était possible d’avoir des cheveux naturels après tant de produits chimiques, ni qu’il était possible de prendre soin de ses cheveux pour peu d’argent. Ma tête se remplissait tellement de nouveautés, que j’ai décidé de tout mettre en textes sur un simple blog, histoire d’aider mes connaissances. Le blog recevait des visites et des commentaires de personnes que je ne connaissais pas et quand j’ai réalisé que c’était déjà un passe-temps. Après des mois à détailler toute ma transition capillaire à travers des photos et des textes, j’ai décidé d’enregistrer mon BC (bonne côtelette) et placez-le quelque part pour que les gens puissent le voir et aient le courage de le prendre aussi. Les personnes qui suivaient le blog ont commencé à migrer vers la chaîne, et c’est ainsi qu’elle a grandi, ce n’est qu’alors que c’est vraiment devenu un travail.

Aujourd’hui, je parle davantage de ma vie personnelle et de mon comportement, ainsi que du monde de la beauté, et mon plus grand défi est de pouvoir concilier les deux et d’être toujours présente sur les réseaux sociaux avec ma vie bien remplie. La plus grande récompense, sans aucun doute, est l’affection qui m’est venue des personnes qui me suivent et sachant que je peux les aider de plusieurs façons. Ils sont très présents dans ma vie et dans mon quotidien, à la fois avec un message, un merci… Je suis très reconnaissant envers tous ceux qui font partie de cette famille que nous appelons #bondedaluci.

modèle par Luci Goncalves
Photo: Lecture / Instagram @lucigoncalvesa

ATH : Vous innovez toujours votre look et c’est la preuve que le grand coup ne doit pas être la fin du monde. Quelles techniques utilisez-vous pour changer vos cheveux ? Quel est votre look préféré ?

Lumières Gonçalves : Quand j’ai fait la grande coupe, j’ai vu que je pouvais m’aventurer dehors et ne jamais rester coincé par un cheveu comme je l’ai été toute ma vie. J’ai donc fini par me lancer beaucoup dans le monde des extensions : tresses, torsades, lacets. Je suis aussi tombée amoureuse des cheveux colorés et je m’y suis mise. J’aime tous les cheveux que j’ai jamais eus, mais les cheveux moitié-moitié, moitié-brun foncé et moitié-platine sont ceux que j’ai le plus aimés.

Lumières Gonçalves

ATH : Lorsque vous avez des cheveux naturels, quelle est votre routine de soins capillaires ?

Lumières Gonçalves : J’aime le laver deux fois par semaine. Pour la première fois, j’utilise shampoing, masque hydratant ou nourrissant, après-shampooing et termine par un montage. Après séchage, je lui donne beaucoup de volume avec mes mains et un peigne fourchette. Je profite des jours après avoir donné encore plus de volume. Au deuxième lavage, j’aime beaucoup laver avec de l’après-shampooing, surtout par temps chaud. Ainsi, mes cheveux restent hydratés et propres tout au long de la semaine. Deux fois par mois, j’aime aussi faire crème hydratante aux huiles végétales. Les cheveux bouclés aiment l’huile et donc les pointes ne se dessèchent pas autant.

ATH : Que voudriez-vous faire avec le fil que vous n’avez pas encore fait ? Y a-t-il quelque chose que vous ne feriez jamais ?

Lumières Gonçalves : La seule chose que je veux et que je n’ai pas encore faite, c’est de faire les lumières. Et j’ai l’habitude de dire « ne jamais dire jamais » à mes cheveux, je ferais ce que je ressens.

ATH : Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui veut, mais a peur, d’avoir ses propres cheveux naturels ?

Lumières Gonçalves : Si vous jouez, et allez-y ! La vie n’en est qu’une pour nous qui voulons faire des choses et simplement ne pas les faire, par peur d’être laid ou pour l’avis des autres. Si vous vous trouvez belle comme vous êtes, peu importe les cheveux que vous portez, c’est une grande aide dans le processus d’estime de soi.

modèle par Luci Goncalves
Photo: Lecture / Instagram @lucigoncalvesa

proposition de produit

Pour prendre soin des cheveux bouclés, utilisez toujours des produits adaptés à ce type de cheveux, comme les doubles TRESemmé Curly Shampoo Capillary Sealant Original Et Revitalisant scellant original TRESemmé pour cheveux bouclés. Après le lavage, terminez les mèches avec le Crème coiffante Boom Transition Silk. Sa formule à l’huile d’argan et à la biotine hydrate les cheveux, les laissant plus sains, plus forts et pleins de vie, de la racine aux pointes.

Retrouvez tous nos articles sur la manier et l’art de prendre soin de vos cheveux métis naturellement et redéfinir vos boucles dans notre guide : cheveux de métisse

Written by Ghansah Nelly

la rédactrice en chef adjointe categorie des cheveux naturels chez coiffureafro.fr . Une nouvelle voix dans le contenu beauté. Addict aux shampoings secs, adepte des tresses et experte en accessoires capillaires. passionnée de beauté et de mode. Lorsqu'elle n'écrit pas d'articles sur la beauté, vous pouvez la voir tester les produits de beauté nouveaux et innovants les plus en vogue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Carla Nascimento : "Aujourd'hui, je peux dire que je me sens comblée avec mes boucles !"

Carla Nascimento : « Aujourd’hui, je peux dire que je me sens comblée avec mes boucles ! »

Gabi Vasconcellos enseigne comment faire une coiffure avec des bigoudis pour cheveux bouclés

comment faire une coiffure avec des bigoudis pour cheveux bouclés