Histoire de cheveux : Tanya Rogers

La YouTubeur Tanya Rogers documente son voyage à travers les cheveux d’une femme noire en Israël (sa chaîne est judicieusement et fièrement intitulée  » Black and Natural in Jerusalem « ). Elle partage avec nous sa routine capillaire et la difficulté d’en prendre soin dans le climat israélien.

Mon histoire

Parlez-nous de votre parcours capillaire.

J’ai opté pour le naturel en 2005, avant que cela ne devienne populaire, et il y a donc eu des essais et des erreurs en cours de route. Les premières années, je suis passée par la phase « produits naturels uniquement », mais après un certain temps, je suis revenue aux produits achetés. Maintenant, j’utilise une combinaison confortable des deux. J’ai appris que pour tout ce qui concerne les cheveux, il faut écouter ce qu’ils aiment et faire ce qu’ils veulent, et non ce que les autres disent être « le mieux ».

Décrivez vos cheveux en 5 mots ou moins.

Ha ! Mes cheveux sont : ondulés, crépus, sensibles, délicats et fragiles.

Mes cheveux à travers les années

Comment portais-tu tes cheveux quand tu étais plus jeune ?

Quand j’étais plus jeune, mes cheveux étaient souvent attachés en deux ou trois nattes torsadées. J’étais un enfant très tendre et je craignais d’être peigné. Mes cheveux ont été « lissés » pour la première fois à l’aide d’un peigne chaud lorsque j’avais environ 10 ans et j’ai subi mon premier défrisage à l’âge de 11 ans.

tanyarogers_twistout

Mon style préféré

Le twist-out est mon style habituel. Je porte des twist-outs pendant plusieurs semaines par mois. J’avais l’habitude de ne faire que des torsades protectrices à deux brins, mais après avoir terminé mon parcours d’allongement, je me suis lancée dans les styles twist-out. Le twist-out est mon préféré. C’est facile à faire et facile à entretenir. J’aime qu’il encadre mon visage et qu’il soit grand et moelleux. Le twist-outs est parfait pour un look complet. La seule chose que je n’aime pas, c’est de devoir les attacher de nouveau après quelques soirées.

Un style que vous ne porterez plus jamais ?

Le nœud bantou sur les sections simples. Mes cheveux ne sont PAS beaux quand je les porte comme ça, lol. Ou du moins, je n’arrive pas à lui faire faire ce que je veux. Je préfère le nœud bantou sur les torsades pré-repassées.

tanyarogers_flexirod

Spirales de Pâques

J’ai arboré ce style pendant Pâques 2015 et l’ai prolongé de quelques jours pour pouvoir le porter en up-do au mariage d’une amie. J’ai adoré ! J’ai décidé de ne pas séparer les sections, mais de les porter en spirale à Pâques, puis en frange spirale en cascade et en frange latérale au mariage. La seule chose que je n’ai pas aimée, c’est qu’elle a commencé à se résorber au bout de quelques jours. Mais j’aimais l’aspect élégant des spirales et le fait qu’elles soulignaient la longueur de mes cheveux.

tanyarogers_washandgo

Wash and go (plus ou moins)

Honnêtement, ça fait un moment que j’ai envie d’essayer un wash and go. Je n’en avais pas fait depuis plusieurs années et je voulais voir ce que cela donnerait avec mes cheveux de cette longueur, alors je l’ai essayé. J’ai été vraiment impressionné par le résultat. J’ai trouvé qu’à cette longueur, les cheveux sont tirés vers le bas et pendent plutôt que d’aller vers l’extérieur, donc la coiffure avait en fait de la longueur et du volume. Je n’étais pas folle du temps et des efforts qu’il a fallu pour créer ce look, mais j’ai vraiment aimé le résultat final.

Quel a été votre look préféré jusqu’à présent ?

Le twist-outs est mon look préféré. Je les aime gros, juteux et doux (même si je n’ai pas ces beaux cheveux épais qu’ont certains naturels). Mais je crois que j’ai trouvé un moyen de le faire paraître complet et j’adore ça.

Ma routine

Parlez-nous un peu de votre routine capillaire.

Le climat de Jérusalem est très particulier. Il est sec et aride pendant les mois d’été (en gros de mai à octobre) et pluvieux/humide pendant les mois d’hiver (de novembre à avril). Ma routine de base consiste donc à me laver les cheveux deux fois par mois (de cette façon, mes cheveux sont moins manipulés). Je fais un pré-poo avec des huiles, suivi d’un shampooing doux. Après ça, je fais un après-shampoing profond. Je suis un fidèle conditionneur en profondeur (DC) : je le fais à chaque lavage. Après avoir rincé le DC, j’applique un leave-in et une crème hydratante, puis je ferme avec une huile. Trouver ce que je considère comme des produits capillaires naturels « propres » (sans pétrolatum et sans cône) en Israël a été pour le moins un défi. J’utilise une combinaison de produits locaux et de produits achetés à l’étranger.

Quels sont les produits dont vous ne pouvez pas vous passer ?

Huile de coco et le sans rinçage Kinky Curly Knot Today.

Mes cheveux maintenant

tanyarogers_updo

Que pensez-vous de vos cheveux en ce moment ?

Je suis très satisfaite de mes cheveux en ce moment. J’aime sa longueur et je suis satisfait de sa santé. J’ai suivi un parcours en longueur pendant des années, mais j’ai arrêté il y a environ deux ans et j’ai commencé à apprécier de nombreux styles. Avant ça, j’étais une reine du style protecteur, lol. Après dix ans de vie naturelle, j’ai le sentiment d’avoir fait du bon travail. Je sais ce que mes cheveux aiment et n’aiment pas. Je sais quand ils me disent qu’ils ont besoin de soins et quand ils sont heureux. Cette coiffure demande beaucoup de temps et d’efforts, mais je n’en changerais jamais !

La vie en Israël

Existe-t-il une communauté des cheveux naturels en Israël ? Si oui, comment la décririez-vous ?

Malheureusement, il n’y a toujours pas de communauté des cheveux naturels en Israël. Il y a beaucoup de femmes noires ici, et beaucoup d’entre elles sont effectivement naturelles, mais il n’y a pas de communauté ou de mouvement cohésif qui embrasse leurs cheveux naturels pour ce qu’ils sont. Les femmes éthiopiennes sont nombreuses et beaucoup d’entre elles portent leurs cheveux de manière naturelle (boucles lavées et rassemblées, tresses, rangées de maïs), tandis que d’autres les lissent, les défrisent ou les tressent. Il existe de nombreuses femmes noires qui ne sont pas d’origine éthiopienne, mais proviennent d’autres nations africaines, et elles arborent souvent des coiffures tressées, tressées ou détendues. Il y a une petite minorité de femmes qui sont ici en tant qu’étudiantes ou travailleuses étrangères (comme moi) et qui viennent de pays où il y a une conscience et une discussion sur les cheveux naturels. Ces femmes arborent souvent des styles naturels tels que des torsades, des tresses, des locs et des TWA. Je suppose que tout cela indique qu’il existe une grande variété de styles naturels portés par les femmes noires dans le pays et que les gens apprécient ces styles. Pourtant, il n’existe aucune communauté pour soutenir les femmes dans cette entreprise. Je pense que le principal problème est que les femmes noires qui sont citoyennes de ce pays luttent encore pour établir leur identité, tant dans leur propre esprit que dans la société en général. Les cheveux ont une façon de définir qui nous sommes, du moins extérieurement, et peut-être que les gens n’ont pas encore de réponses solides à cette question. Ainsi, les personnes qui recherchent et s’intéressent aux cheveux naturels en tant qu’expérience communautaire sont des étrangers comme moi, qui ont un contexte plus large. Il n’y a pas d’industrie du cheveu naturel ici. Les produits sont très difficiles à trouver car le marché n’est pas reconnu.

Votre chaîne YouTube s’intitule Black and Natural in Jerusalem ; comment décririez-vous votre expérience en tant que femme noire à Jérusalem, une ville très importante pour de nombreuses personnes ? Comment pensez-vous que votre expérience à Jérusalem se compare à celle des femmes noires dans d’autres villes israéliennes ?

De bonnes questions ! J’ai réalisé une vidéo sur ce même sujet, intitulée « Being Black in Israel » (plug-in éhonté). Jetez-y un coup d’œil quand vous en aurez l’occasion ! Mon expérience à Jérusalem a été très positive. En tant qu’ex-patron, mes circonstances (et mes expériences) sont, à certains égards, différentes de celles des citadins. Il est intéressant de noter que de nombreuses personnes, lorsqu’elles me voient, pensent que je suis africaine en raison de ma peau foncée. Il y a beaucoup de tension et d’incertitude dans le pays en ce moment concernant la situation des réfugiés et des demandeurs d’asile, et souvent les gens ne savent pas si je fais partie de cette communauté ou non. Dès que je parle, je suis généralement considéré comme « américain », même si certains pensent encore que je suis originaire d’une nation africaine. La réalité est que certaines personnes sont simplement intriguées par l' »altérité » de la peau noire (dans leur contexte) et y réagissent. Je reçois certainement beaucoup d’attention et on m’a donné quelques surnoms (liés à la nourriture). Je pense que le plus drôle était « mon doux shokolad ». Mais je n’ai pas été traité de manière désobligeante lorsque je vivais ici avec ma famille. Cependant, je connais des personnes qui ont fait cette expérience.

Jérusalem est considérée comme une ville sainte par de nombreuses personnes, et le ton de la ville est beaucoup plus grave que dans le reste du pays. Cela est lié au lien religieux que la ville entretient et aux nombreux habitants de différentes confessions qui y vivent. J’aime l’énergie qu’il y a ici à Jérusalem, mais vous pouvez certainement sentir la différence lorsque vous êtes dans d’autres parties du pays. Bien que les problèmes liés à la race soient plus nombreux dans d’autres villes, je pense que les différences d’expérience tiennent davantage à la communauté à laquelle vous appartenez qu’à votre situation dans le pays. Par exemple, en tant qu’expatriée, mon expérience à Jérusalem sera probablement différente de celle d’une femme noire qui est ici en tant que réfugiée, et son expérience sera différente de celle d’une femme noire qui a la citoyenneté, comme une Ethiopienne. Malheureusement, les considérations de classe jouent ici comme dans d’autres parties du monde. Cela ne veut pas dire que l’expérience globale des femmes noires en Israël est négative. Mais je sais que mes expériences en tant qu’ex-patriote ne seront pas les mêmes que celles d’un local ou d’un réfugié.

Photo courtoisie de Tanya Rogers

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *