in

Découvrez l’extraordinaire beauté des cheveux naturels

Découvrez l'extraordinaire beauté des cheveux naturels

Je suis super excitée de vous présenter notre Frolicious Beauty Anne-Tso Tchissambou. Plus tôt cette année, Anne-Tso a partagé sa nouvelle coupe courte sur Facebook. Découvrez ce qui pousse Anne-Tso à se couper les cheveux et son regard sur les blogueuses cheveux naturels.

Rencontrez Anne-Tso Tchissambou

Ma nouvelle coupe de cheveux crie presque : « C’est moi, je suis là ! ».

Anne-Tso Tchissambou est née à Siegen, commune de la zone rurale de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (Allemagne). Son programme d’études supérieures l’a amenée à s’installer à Cologne pendant trois ans. Depuis l’été 2016, il vit et travaille au Canada.

Qu’est-ce qui vous a fait redonner à vos cheveux leur état naturel ?
Anne-Tso Tchissambou : J’ai eu mon soi-disant « grand succès » en 2014. Mes amis et moi le faisions presque en même temps à l’époque. L’une après l’autre, elles ont décidé d’arrêter de se défriser les cheveux et de porter des tresses ou des perruques. Les cheveux naturels étaient devenus une tendance. Ceux qui ont continué à se détendre ont été qualifiés de haineux d’eux-mêmes, et ceux qui ont décidé de passer à autre chose au lieu de traverser des impasses n’étaient pas assez courageux pour le plongeon. Peu à peu, des règles et des normes tacites ont surgi et devaient être respectées pour être acceptées comme naturelles. Rétrospectivement, je doute que l’un d’entre nous ait compris l’idée d’une grande côtelette. En fait, je pense que nous avons de loin manqué le point. Après tout, il ne s’agit pas seulement de repousser des cheveux sains, mais plus important encore, de gérer votre identité en tant que POC (personne de couleur). En conséquence, nous n’avons pas ressenti l’aspect cicatrisant qui implique une grosse coupure et il n’a pas fallu longtemps avant que j’aie recousu une nouvelle texture. À ce stade, j’appellerais cela un « style protecteur », apparemment pour protéger mes cheveux des éléments et des dommages. Alors qu’en fait, la seule fois où j’ai porté mon afro à partir de ce jour-là, c’était dans l’écart entre la coiffure suivante. Au lieu de cela, j’ai opté pour des tresses en boîte, des tresses au crochet ou des perruques en dentelle avec une texture crépue. Fondamentalement, « faire semblant jusqu’à ce que vous le fassiez » signifie que je créerais une illusion de ce qui deviendrait plus tard mon afro. C’était un voyage capillaire plutôt que de donner à réfléchir, mais je ne mettrais plus jamais de produits chimiques nocifs dans mes cheveux. Pas même un texturant.

Anne-Tso Tchissambou

Combien d’efforts avez-vous dû consacrer aux soins capillaires ?
Anne-Tso Tchissambou : C’était trop! Au départ, j’aurais quand même parcouru divers blogs de coiffure afro tout en étant toujours très motivée. J’ai appris à faire des twist-outs, des braid-outs, des nœuds bantous et j’ai porté des wash’n’gos. Chaque soir avant de m’endormir, j’allongeais mes cheveux pour le lendemain en utilisant la méthode des mèches africaines et massais mes bords avec de l’huile de ricin jamaïcaine. Une fortune a été dépensée en produits capillaires avant que je trouve enfin la « bonne » gamme de produits pour mes cheveux. J’ai aussi vite appris que tout ce qui fonctionne pour quelqu’un d’autre n’est pas une garantie pour vous-même. Les conseils de mes amis m’ont parfois rendu les cheveux secs voire cassants. Plus tard, j’ai commencé à faire mes propres mélanges d’huiles avec des produits pharmaceutiques ou biologiques. Ma routine capillaire a changé au fil des ans, mais il n’y a pratiquement rien qui n’ait été utilisé, du beurre de karité natif au gel d’aloe vera, en passant par l’huile de noix de coco, l’argile médicale, les bananes, le jaune d’œuf, le vinaigre de cidre, l’avocat et le miel. Grâce aux traitements en profondeur hebdomadaires ou mensuels, mes cheveux étaient en bonne santé et poussaient magnifiquement. Cependant, lorsque j’ai commencé à travailler à temps plein, j’avais fini d’investir une grande partie de mon temps personnel dans les soins capillaires.

Pourquoi portez-vous vos cheveux très courts maintenant ?
Anne-Tso Tchissambou : D’une part, le rapport temps et prix a rendu la décision de raser mon afro très facile. Mais en réalité, il s’agissait de l’attitude provocatrice que j’ai développée envers les « cheveux naturels » en tant que concept ou mouvement au fil du temps. Les cheveux sont bien plus que cela pour WOC (femmes noires). C’est autant une déclaration politique qu’une publicité ambulante pour l’acceptation de soi. J’ai entendu des femmes noires dire qu’elles n’osaient pas porter leurs cheveux à l’état naturel de peur d’être rejetées par les hommes. Ironiquement, c’était en référence aux hommes qui sont eux-mêmes noirs. Un autre point est qu’au lieu de célébrer la diversité des cheveux afro, certains fros sont perçus comme plus beaux que d’autres. Plus il est grand, meilleur et défini, plus il est désirable, semble-t-il. Le fait que le type de cheveux 3b soit un motif de boucles qui vient souvent naturellement à de nombreuses (pas toutes) races mixtes et que d’autres types de cheveux ne puissent obtenir ce look qu’après des heures de coiffage crée des tensions au sein de notre communauté. . C’est personnellement le pire pour moi. Ensuite, il y a des facteurs externes comme le racisme quotidien ou la discrimination au travail. L’afro de beaucoup d’entre nous a été touché de manière non autorisée et j’ai même eu quelqu’un qui m’a tiré les tresses ! Si la question « Puis-je? » On m’a répondu par un « non » clair, puis on m’a dit de « se détendre un peu », car on m’exprimait simplement de l’intérêt et que je ne devais pas prendre cette curiosité dans mon « exotisme » comme quelque chose de négatif. Et franchement, cela vient rarement d’un mauvais endroit, mais c’est ma réalité et qui je suis n’est pas une attraction de parc à thème. Comme vous pouvez le voir, j’ai été dérangé par une accumulation de choses, dont une autre était plusieurs blogueurs de cheveux afro. Je fais référence à ceux qui portent des clips fantaisistes dans leurs images de transformation qui servent d’inspiration à de nombreux naturels au cours de leur voyage grandissant. Cela leur donne une idée irréaliste et les décourage et se demandent pourquoi leurs cheveux ne poussent pas de façon exponentielle. Et enfin et surtout, ces super-naturels autoproclamés qui, pour une raison quelconque, supposent qu’ils peuvent déterminer qui compte comme un « vrai » naturel et qui ne le fait pas. C’est diviser plutôt qu’unifier et je ne voulais plus jouer aucun rôle là-dedans. Chacun devrait être libre de décider lui-même comment il veut se coiffer sans que quelqu’un d’autre ne le juge par la perruque, la tresse, les dreadlocks, les cheveux naturels ou défrisés. De plus, je recommande fortement à quiconque, noir ou blanc, de se raser la tête au moins une fois dans sa vie ! C’est une expérience très intéressante et en plus, pour une fois, vous pouvez voir la forme de votre tête.

Anne-Tso Tchissambou

Que pensez-vous de votre nouvelle coiffure ? Comment les autres vous perçoivent-ils ?
Anne-Tso Tchissambou : J’ai l’impression que tout le monde a sa coiffure signature avec laquelle il revient de temps en temps et avec laquelle il se sent bien. Cette nouvelle coupe courte pourrait devenir la mienne. J’aime le peu d’entretien qu’il nécessite et la façon dont il crie presque « C’est moi, je suis là! ». Au début, je ne me reconnaissais pas dans le miroir, mais maintenant ne pas avoir de cheveux me semble déjà la chose la plus normale au monde. Apparemment, je fais appel aux plus grands maintenant (j’ai actuellement 23 ans) et les autres me perçoivent comme plus sévère, ce qui me convient car j’ai une voix plutôt enfantine. Donc, ça ne me dérange pas.

Quel a été le retour de votre entourage ? Y a-t-il eu des commentaires négatifs ? Si oui, comment les traitez-vous ?
Anne-Tso Tchissambou : Les retours ont été majoritairement positifs. Je ne m’attendais pas à une telle réponse. Beaucoup m’ont félicité pour mon « courage » d’avoir franchi cette étape. Quelqu’un m’a même envoyé un texto disant que je donnerais un excellent exemple à « la femme noire ». Étonnamment, il y avait peu ou pas de commentaires négatifs. Bien qu’évidemment je ne puisse pas parler de ce qui ne m’a pas été dit directement. Quoi qu’il en soit, s’il y avait eu des commentaires mesquins, ils ne m’auraient pas influencé pour être honnête. Au fil du temps, j’ai acquis suffisamment de confiance en moi pour ne plus laisser ces choses m’atteindre. Ça n’a pas toujours été comme ça. Je me souviens de l’époque où j’avais l’habitude d’opter pour les coiffures les plus folles juste pour être à la hauteur de l’idéal de beauté occidental. D’autant plus que j’ai grandi dans la campagne allemande avec très peu d’exigence pour mon type de cheveux. Sans parler de ma carnation en termes de maquillage. Avec le recul, cela me rend vraiment triste et je n’aime pas regarder mes vieilles photos. Aujourd’hui, je me sens beaucoup plus à l’aise et libre de prendre des décisions par moi-même. Être qui je veux être. Je vais certainement garder ce style de cheveux courts pour le long terme.

///

Merci Anne-Tso pour partager votre histoire de cheveux et vos photos avec nous. Je suis en amour avec votre nouvelle coiffure.

Découvrez mon article « F**k Aociety’s Idea of ​​Beauty »

Nous aimerions partager plus d’histoires de cheveux Frolicious. Pour cela nous avons besoin de vous. N’hésitez pas à nous envoyer un maximum de 2 à 4 photos de votre coiffure et à répondre aux questions.

Soyez FROLIZIOSO – Soyez vous-même!

Jean

Je suis Jen Martens, fondatrice de Frolicious et d’origine ghanéenne basée en Allemagne. Je suis une sœur, une fille, une blogueuse et je m’intéresse au mode de vie urbain africain. Je suis toujours ouvert à rencontrer des personnes partageant les mêmes idées.

Written by coiffureafro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

care for your child’s curly hair_4

5 choses à savoir pour prendre soin des cheveux bouclés de votre enfant

soul-seeking singer Y'akoto - Warum Wir Die Sängerin Y'akoto Lieben

8 raisons pour lesquelles nous aimons le chanteur en quête d’âme Y’akoto