in

Dayanne Silva : nager, se nourrir et trouver une place pour les Jeux paralympiques

Dayanne Silva : nager, manger et trouver une place pour les Jeux paralympiques

Avant de commencer la natation, à l’âge de 12 ans, Dayanne Silva, une athlète du Rio Grande do Norte, n’avait jamais été dans la piscine, mais elle était sûre de vouloir concourir. Aujourd’hui, à 28 ans, après avoir remporté 3 médailles aux Jeux parapanaméricains, il rêve de décrocher sa place pour ses premiers Jeux paralympiques. Il raconte son histoire professionnelle et, bien sûr, quelle est sa relation avec les cheveux.

Cette interview fait partie d’une série d’articles en l’honneur de la Journée des athlètes professionnels, célébrée le 10 février, et de la Journée du sport, célébrée le 19. Les défis de la vie de ceux qui gagnent leur vie en tant qu’athlète, la relation de chacun avec son propres cheveux et comment cela affecte la personnalité, la confiance et même la performance d’un athlète.

All Things Hair – Comment la natation est-elle entrée dans votre vie ?

Dayanne Silva – Quand j’avais 12 ans, un ami de la famille de l’époque, Francisco de Assis Avelino, nageur médaillé dans d’autres Jeux paralympiques, m’a rencontrée et m’a demandé quel sport j’allais pratiquer. J’ai répondu en nageant, mais je n’étais même jamais entré dans une piscine, je suis né dans la campagne du Rio Grande do Norte. Il a dit qu’il allait m’obtenir une bourse et c’est là que j’ai commencé à suivre des cours. De 13 à 14 ans, je participais déjà à des compétitions scolaires.

Je pense que la première fois que j’ai concouru professionnellement, c’était en 2009, à l’académie des jeunes Parapan, en Colombie. C’était ma première fois dans l’équipe nationale brésilienne, la première fois que je quittais le pays pour nager.

L'athlète Dayanne Silva pose avec des médailles
Dayanne pose avec la médaille d’argent, remportée au Parapan à Lima, au Pérou. | Photo : reproduction | Instagram @mdaysilva

ATH – Quelles ont été vos plus grandes difficultés en tant qu’athlète ?

DS – Le début a été très difficile à cause du mauvais équilibre des membres supérieurs dans l’eau, mais j’ai réussi à m’éloigner du sol tôt car je voulais faire de la compétition, c’était mon objectif depuis le début. Je connaissais les difficultés, mais j’ai vu beaucoup de personnes avec différents handicaps nager, alors j’ai pensé que je le ferais, à ma façon, mais je l’ai fait. Mais je n’imaginais pas que je serais capable de nager aussi longtemps et de bien m’entraîner. Aujourd’hui, j’ai une carrière de 16 ans et je n’aurais jamais imaginé en arriver là, car le rêve de mon père était que j’obtienne mon diplôme. [na Universidade]. Pour moi, je pourrais aussi bien être un athlète professionnel, mais juste pour quelques années et arrêter. C’était comme ça dans ma tête, mais aujourd’hui je ne pense toujours pas à m’arrêter.

Mais les plus grosses difficultés ont toujours été financières, les sponsorings, voire les incitations. Mes parents ne pouvaient pas se permettre grand chose, donc c’était plus ce qu’ils donnaient, par association je faisais partie du temps où elle pouvait aider en terme de supplément ou de billet d’avion pour les courses, plus ou moins c’était ça. Le matériel de natation coûte très cher… Je considère que c’est une vraie difficulté financière.

Les allées et venues étaient aussi compliquées. J’habitais à deux heures de route de ma formation, donc c’était deux heures aller, deux heures aller en bus. Cela s’est produit jusqu’en 2013, lorsque j’ai déménagé à Uberlândia (MG) et rejoint une équipe et commencé à être payé, puis j’ai été embauché. C’est à ce stade que j’ai réalisé mes meilleurs résultats et établi le plus de records.

Nageur paralympique dans la piscine
Photo : reproduction | Instagram @mdaysilva

ATH – Comment était-ce de grandir avec un handicap ? Vous êtes-vous senti différent ?

DS – Je suis le 5ème enfant, le plus jeune de mes frères, mais j’ai toujours été élevé comme eux. C’est pourquoi j’ai appris à tout faire par moi-même dès le début. Avec le sport c’était encore plus grand car j’ai commencé à vivre seul, j’ai appris à cuisiner, à faire le ménage… ayant tout ce soutien de mes parents, surtout de ma mère et de ma grande sœur, j’ai toujours appris à faire les corvées, les choses que j’avais à faire.

Je ne me sentais pas différente à la maison ou à l’école parce que je m’imposais beaucoup. Je vivais dans une petite ville, donc tout le monde me connaissait, personne ne me manquait de respect, pas d’intimidation. Quand j’ai commencé à étudier dans une école de Natal, il y a eu un plus gros boum parce qu’il y avait beaucoup plus d’enfants qui n’avaient jamais vu de personne handicapée, mais pendant que j’écrivais comme eux, je jouais comme eux, donc il n’y a pas c’était différent pour eux. Tout le monde a joué ensemble. J’ai toujours été très gentille.

Ma mère m’a toujours dit : tu n’as pas de bras, mais tu n’es pas différent des autres. Cela m’émeut aussi parce que lorsqu’elle a dit ces choses, elle s’est retenue pour ne pas pleurer. Après que j’ai commencé à nager, il y a eu de nombreux incidents d’enfants s’approchant de moi voulant voir la médaille, voulant me serrer dans leurs bras, toute leur affection. À quel point le sport transforme-t-il, n’est-ce pas ?

ATH – Vous considérez-vous comme une personne vaniteuse ? Quelle est votre relation avec vos cheveux ?

DS – En tant qu’athlète, je ne me considère pas particulièrement vaniteux, mais je me considère attentif. Tous les deux mois je vais au salon pour faire un brossage progressif, j’essaie de m’hydrater, tout ce processus. Et j’ai le soin quotidien normal de le laver, en le laissant sécher naturellement.

Mes cheveux naturels sont bouclés, plus ouverts et volumineux. J’ai décidé de le rendre progressif car cela me donne du confort dans ma vie quotidienne et me facilite le style en raison de mon handicap. J’ai commencé quand j’avais 18 ans, quand ma mère est partie, puis les options sans formaldéhyde sont apparues, ce sont celles que je fais aujourd’hui.

La nageuse paralympique Dayanne Silva
Photo : reproduction | Instagram @mdaysilva

ATH – Nous savons que le chlore est un produit qui abîme généralement les cheveux. Le sentez-vous dans vos cheveux ?

DS – J’ai l’impression que mes cheveux se dessèchent davantage. Je remarque que le progressif dure moins longtemps parce que je pense que le chlore l’élimine plus vite et aussi parce que j’ai besoin de me laver les cheveux plus souvent. La piscine dans laquelle je me baigne aujourd’hui n’est pas seulement traitée au chlore, elle l’est aussi à l’ozone, donc elle n’abîme pas trop mes cheveux.

ATH – Et quelle est l’importance des cheveux dans votre estime de soi ?

DS – Je pense que c’est très important, surtout quand on est sportif et qu’il faut faire avec son image. Les cheveux sont complètement entrelacés avec son visage. Souvent, lorsque les gens ont une faible estime de soi, ils vont chez le coiffeur pour une coupe de cheveux et cela fait déjà la plus grande différence. Lorsque vous vous regardez dans le miroir, beaucoup de choses y changent. Je pense que les cheveux ne sont pas seulement un facteur esthétique, mais un facteur émotionnel qui entre également dans la partie psychologique de la personne.

J’ai commencé à faire pousser mes cheveux très longs en raison de mon diplôme en un an. J’étudie la nutrition au collège.

ATH – Que rêvez-vous encore de réaliser dans votre carrière ?

DS – Ce qui manque à mon CV, ce sont les Paralympiques. Et c’est le rêve qui me guide, une place aux Paralympiques. Et je ne parle même pas d’une médaille parce que je pense que c’est une conséquence, mais la vacance est ce que je veux. Je ferai de mon mieux chaque jour pour être là.

suggestions de produits

Avez-vous des cheveux progressifs comme Dayanne ? Notre conseil est d’investir dans la ligne TRESemmé TRESplexqui a un masque pré-shampoing, un shampooing et un revitalisant, qui aident à laisser les cheveux avec une chimie saine.

Cet article vous avez aidé à mieux prendre soin de vos cheveux ? Retrouvez tous nos guides sur les soins des cheveux dans notre guide complet soin des cheveux

Written by Ghansah Nelly

la rédactrice en chef adjointe categorie des cheveux naturels chez coiffureafro.fr . Une nouvelle voix dans le contenu beauté. Addict aux shampoings secs, adepte des tresses et experte en accessoires capillaires. passionnée de beauté et de mode. Lorsqu'elle n'écrit pas d'articles sur la beauté, vous pouvez la voir tester les produits de beauté nouveaux et innovants les plus en vogue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Duda Miccuci : "Quand j'ai commencé à aimer mes cheveux, je suis devenue plus confiante"

Duda Miccuci : « Quand j’ai commencé à aimer mes cheveux, je suis devenue plus confiante »

Reine du football, Marta Silva raconte comment elle prend soin de ses cheveux au quotidien

Reine du football, Marta Silva raconte comment elle prend soin de ses cheveux au quotidien