in

Comment elle l’a fait – Beautiful African Dirndl par Noh Nee

African Dirndl_bayerische Dirndln aus afrikanischen Stoffen

Si vous visitez Munich (Allemagne) en octobre, vous devez vous rendre à la fête d’octobre. Un costume bavarois traditionnel, également connu sous le nom de dirndl, est nécessaire pour cela. Pouvez-vous imaginer porter un Dirndl africain aux motifs saisissants ? Je vous recommande d’essayer l’un des African Dirndls de NOH NEE, une marque de mode appartenant à des Noirs qui associe des dirndls bavarois traditionnels à des tissus africains colorés. J’ai parlé à Rahmeé Wetterich de NOH NEE de la façon dont ils ont démarré leur entreprise et de la façon dont l’idée du « Projet Justine – Former le formateur » est née.

Dirndl_Africain_Portrait_Rahmee_Wetterich © CarolineMartin

Frolicious : Parlez-nous un peu de votre marque NOH NEE et comment est née l’idée d’associer le wax africain coloré et élaboré avec une coupe bavaroise (Dirndl) ?
Rahmee Wetterich : Ma sœur Marie est couturière et elle a toujours aimé travailler et expérimenter les tissus africains. Notre famille est originaire du Cameroun mais a eu la chance de socialiser avec la Bavière pendant un certain temps. Nous vivons déjà ici dans 3rd génération. Le mélange des deux influences culturelles que nous vivons tous les jours était principalement responsable de l’idée de Marie de combiner le costume bavarois traditionnel avec l’impression de cire africaine.

Frolicious : Qu’est-ce qui vous a motivé et inspiré pour commencer ?
Rahmee Wetterich : C’est mon propre enthousiasme qui m’a donné envie de continuer et d’approfondir l’idée de Marie. Quand j’ai vu le premier Dirndl africain (à l’époque je ne savais même pas qu’il était fabriqué par ma sœur), c’était la première fois de ma vie que je m’imaginais porter quelque chose comme ça. Jusque-là, je n’avais jamais porté de Dirndl une seule fois, et même après 35 ans de vie en Bavière, je n’avais pas prévu de le faire. Cette excitation qui, en fin de compte, était également partagée par les amis et la famille, était la principale raison pour laquelle j’ai rejoint.

African Dirndl_bayerische Dirndln aus afrikanischen Stoffen

Pétillant: Quelles ont été les 3 premières étapes que vous avez suivies pour développer votre entreprise ?
Rahmee Wetterich : La première grande décision que nous avons dû prendre a été de trouver un nom qui corresponde à notre idée et de créer un label pour nos Dirndls africains. Surtout pour Marie, il était important que le nom ait aussi une signification. NOH NEE se traduit par « don de Dieu » en swahili. Pour moi, c’était l’identité d’entreprise et la façon dont nous nous présentions, une autre étape essentielle vers la création de notre entreprise. La troisième partie importante a été la création de notre produit, le NOH NEE Dirndl : à quoi cela ressemblerait-il, ce qui le rendait spécial et surtout, comment était-ce de devenir un Dirndl unique en son genre qui serait facilement reconnaissable ?

African Dirndl_bayerische Dirndln aus afrikanischen Stoffen

Frolicious : En 2015 tu as créé « The Project Justine – Train the Trainer ». Comment l’idée est-elle venue ?
Rahmee Wetterich :
Nous avons déjà eu cette idée en 2012, peu de temps après la création de NOH NEE. Malheureusement, nous avons dû réaliser que presque tous les tissus que nous utilisions pour les Dirndls ne provenaient pas d’Afrique mais étaient en fait fabriqués aux Pays-Bas. Notre préoccupation a toujours été que les Africains ne soient pas exclus, mais qu’ils puissent participer à la production et que d’une manière ou d’une autre ils puissent eux aussi profiter de notre idée. Nous voulions de vrais wax africains, qui étaient en fait fabriqués en Afrique. Depuis lors, nous espérions une coopération au niveau des yeux pour rendre cela possible et avec notre usine de fabrication que nous avons construite grâce au projet Justine, nous sommes sur le point de le réaliser.

Pétillant: Comment fonctionne « Le Projet Justine – Former le Formateur » ?
Rahmee Wetterich : Justine avait auparavant travaillé comme couturière au Bénin, mais ses compétences ne répondaient pas aux exigences des normes de qualité allemandes, et c’est là que nous sommes intervenus. Elle est venue en Allemagne et nous l’avons formée avec un apprentissage continu. En 2015, nous avons lancé une première collection avec elle, qui est maintenant en vente dans nos magasins de Munich et également disponible dans notre boutique en ligne. Les connaissances qu’il possédait déjà n’ont été complétées que par notre formation. Désormais, elle peut transmettre ce savoir-faire bien fondé aux nouvelles couturières béninoises qu’elle forme. Grâce à ce concept, nous pouvons toucher plus de futures couturières béninoises, qui peuvent ensuite le transmettre à plus d’apprentis de leur côté.

African Dirndl_bayerische Dirndln aus afrikanischen Stoffen

Frolicious : Comment le projet Justine – Train the Trainer est-il financé et quelle a été la manière la plus efficace de sensibiliser ?
Rahmee Wetterich : Lorsque nous avons lancé avec succès notre première collection NOH NEE Bénin fin 2015, nous avons eu la preuve que notre idée fonctionnerait réellement. En même temps, nous avons entendu parler d’autres femmes au Bénin qui étaient vraiment intéressées et voulaient travailler avec nous. Pour être à la hauteur de cette résonance positive nous avons décidé d’agir et depuis 2016 Le Projet Justine est une entreprise enregistrée. Dans un avenir proche, nous voulons y construire un centre de formation.

Nous atteignons notre communauté via Facebook et informons également de notre projet sur notre blog. Une ou deux fois par an, nous organisons un événement caritatif ici à Munich, où nous sensibilisons à notre projet et essayons d’obtenir plus de supporters. Étant donné que l’ensemble du projet est toujours en cours, nous allons prendre de nombreuses autres mesures.

African Dirndl_bayerische Dirndln aus afrikanischen Stoffen

Frolicious : Quel a été le plus grand défi jusqu’à présent avec The Project Justine – Train the Trainer ?
Rahmee Wetterich :
Le plus grand défi pour nous a été de terminer notre première collection avec NOH NEE Bénin, après avoir formé Justine, et de rendre justice à notre objectif : « made in Africa ». Il était important pour nous de nous concentrer sur cette intention à toutes les étapes de la production ; pour acheter des tissus réellement fabriqués en Afrique et aussi pour faire coudre nos dirndls de la collection NOH NEE Bénin par des Béninois. Tout d’abord, nous étions un peu inquiets si cela fonctionnerait comme prévu.

Pétillant: Quel est le moment dont vous êtes le plus fier depuis la création du projet ?
Rahmee Wetterich :
Un moment très spécial pour moi a été lorsque j’ai remis à Justine les étiquettes réalisées spécialement pour la collection NOH NEE Bénin. Elle était tellement excitée qu’elle s’est littéralement exclamée de joie. Avant cela, sa collection n’était qu’un fantôme, et maintenant elle est devenue une réalité. Je suis sûr que ce fut un moment clé pour elle aussi.

African Dirndl_bayerische Dirndln aus afrikanischen Stoffen

Frolicious : Quelle part du prix que les gens paient pour une robe va aux couturières ? Rahmee Wetterich : Nous ne produisons pas toute l’année et les Dirndls sont principalement vendus pendant une courte saison estivale ici en Allemagne, c’est pourquoi nous ne payons pas nos employés à la pièce. Nous avons plutôt créé les bases du travail de Justine : nous l’avons équipée des outils nécessaires et avons acheté les tissus. Nous payons également les locaux et les frais de gestion. En plus de cela, et de son plein gré, Justine perçoit un salaire régulier sur une base mensuelle, qui est supérieur à ce que gagnerait une couturière régulière au Bénin. Cela lui donne la sécurité d’une vie autodéterminée lorsque la production est faible. Elle est libre de travailler et d’accepter des commandes supplémentaires si elle le souhaite.

African Dirndl_bayerische Dirndln aus afrikanischen Stoffen

Pétillant: Quels sont vos futurs projets pour « The Project Justine – Train the Trainer ?
Rahmee Wetterich : Nous prévoyons actuellement un centre de formation complet pour les personnes au Bénin qui sont intéressées à recevoir une formation et qui veulent travailler pour une usine de fabrication autonome qui recevra également des commandes directement des entreprises africaines à long terme. Les Béninois ne devraient pas dépendre de nous, nous voulons bien plus être l’un de leurs clients que beaucoup d’autres.

La collaboration avec Justine a commencé comme un test, mais travailler si bien nous a montré que nous pouvons vraiment apporter une contribution à ce projet. Nous espérons que les personnes plus heureuses, tout comme Justine, recevront une formation qui leur permettra de gagner leur vie et d’avoir une vraie perspective dans leur pays d’origine.
Cette année, nous voulons utiliser nos événements caritatifs pour réunir les moyens financiers afin que nous puissions acheter un terrain où nous commencerons à construire le centre de formation en 2018. Aussi, nous venons de commencer à planifier notre troisième collecte NOH NEE Bénin.

African Dirndl_bayerische Dirndln aus afrikanischen Stoffen

///

NOH NEE est bien plus que des vêtements. C’est une marque de mode qui encourage les femmes à se célébrer en renforçant leur confiance. Je suis certain de voir des choses étonnantes de cette société ; NOH NEE avec son Dirndl africain est définitivement à surveiller. Vérifier. #herbisme

Feriez-vous vibrer l’un des Dirndls africains de NOH NEE ?

///

Découvrez NOH NEE ici :

Site Web, Instagram, Facebook, Le Projet Justine – Former la formatrice

Des images de Attila Henning

Jean

Je suis Jen Martens, fondatrice de Frolicious et d’origine ghanéenne basée en Allemagne. Je suis une sœur, une fille, une blogueuse et je m’intéresse au mode de vie urbain africain. Je suis toujours ouvert à rencontrer des personnes partageant les mêmes idées.

Written by coiffureafro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Jaqueline Denize : "C'est incroyable comme nos cheveux nous changent !"

Jaqueline Denize : « C’est incroyable comme nos cheveux nous changent ! »

Comment faire des cheveux bouclés des années 80

Comment faire des cheveux bouclés des années 80