in

Aline Silva, combattante olympique, parle de déconstruire la vanité

bienfait sur le corps
bienfait sur le corps

Pour célébrer la Journée des athlètes, le 10 février, et la Fête du sport, célébrée le 19, l’équipe All Things Hair a mené une recherche intense pour sélectionner des noms qui font la fierté de nous, Brésiliens, non seulement pour leurs performances sportives, mais aussi pour les idéaux, les missions et les valeurs que ces athlètes portent toujours dans leurs valises. Quand on rencontre Aline Silva, médaillée mondiale en lutter (connu sous le nom de lutte au Brésil), nos cœurs battaient différemment.

La Paulista de 34 ans a acquis une nouvelle perspective sur la vie en introduisant le sport dans son adolescence et, aujourd’hui, bien au-delà de l’accumulation de médailles, elle collectionne une série de sourires de filles qui ont transformé leur vie avec son projet social.

Alors, consultez notre chat avec Aline, où nous discutons de ses réalisations, des concepts de féminité, et bien sûr de la façon dont elle prend soin de ses cheveux d’athlète pour être résilients et en bonne santé au quotidien.

* Cette interview fait partie d’une série d’articles honorant les athlètes. Nous avons parlé à six d’entre eux pour en savoir plus sur leurs trajectoires, leurs défis constants et même leur relation avec les cheveux et comment cela affecte la confiance, la personnalité et même la performance des athlètes.

ATH : Avez-vous toujours voulu être un lutteur olympique ? Quand est née cette envie et comment en es-tu arrivée là où tu es aujourd’hui, médaillée mondiale ?

À: Je n’ai été élevé que par ma mère et, dans la cour familiale où nous vivions, par ma grand-mère qui s’est occupée de moi. Mais elle avait une profonde dépression et c’était difficile pour elle de me contrôler, j’étais terrible et je passais beaucoup de temps dans la rue.

À une de ces occasions, je suis tombé dans un coma alcoolique, ce qui a grandement alarmé ma famille. Ma mère a également constaté que l’école me manquait beaucoup, malgré mes bonnes notes.

La solution que trouva ma mère à l’époque fut de m’envoyer dans une autre école, cette fois privée, qui proposait quelques sports au programme. Comme j’ai toujours aimé la lutte, j’ai choisi le judo, le seul mode de combat disponible.

Au début, ma famille n’était pas d’accord avec cette décision, ils pensaient que ce sport me rendrait « masculin ». Mais ils ont commencé à me soutenir quand ils ont remarqué que je me comportais différemment, que je changeais d’entreprise, que je ne restais plus dans la rue et que je ne faisais plus de mauvaises choses.

Quand j’avais presque 16 ans, mon professeur m’a emmené m’entraîner au centre olympique d’Ibirapuera, à Sao Paulo, où lutter (combat olympique). Je n’avais aucune idée de ce que c’était, je pensais que personne au monde ne le savait, et dès le début le professeur a insisté pour que je pratique cette modalité.

En 2001, lors du championnat du Brésil, il a convaincu une grande partie du public de judo de participer et j’ai rejoint cette vague. J’ai participé et gagné ! Et une fois que nous sommes champions, notre perspective change.

J’ai décidé d’arrêter le judo et de continuer à me battre en 2003 à mon retour d’un championnat du monde à New York, aux États-Unis. J’ai vu à quel point c’était grand dans le monde et je suis tombé amoureux de ce sport !

ATH : Vous êtes le fondateur du projet social Mempedera. Parlez-nous un peu de lui !

À: Notre objectif principal est l’autonomisation des femmes par le sport. Nous utilisons des classes de lutter (lutte olympique) et l’anglais comme outils : après tout, la langue ouvre les portes du monde, en particulier pour les athlètes qui veulent concourir dans le monde entier.

L’idée est née du désir de redonner au monde tout ce que j’ai conquis et d’utiliser le sport, qui est un outil qui m’a aidé à arriver là où je suis, pour pouvoir aussi changer la vie des autres. Je crois fermement en son pouvoir en tant qu’agent éducatif.

Aline Silva et les filles participant au projet Mempoderosa pendant les cours
Photo : Lecture | Instagram @mempedera

Découvrez le site internet et le profil Instagram du projet Mempedera.

ATH : Est-il vrai que vous avez déjà suivi des cours dans le domaine de la beauté ?

À: J’ai un diplôme d’esthétique et j’avais déjà une clinique d’épilation, de nettoyage de peau… Mais finalement ça n’a pas avancé car je n’arrivais pas à suivre la routine de la compétition. Cependant ce fut une très belle expérience !

ATH : Vous considérez-vous comme une personne vaniteuse ?

À: Oui! En fait, je pense que cette demande est venue de bien avant, quand je croyais qu’il devait en être ainsi tout le temps pour montrer aux gens que, malgré le fait d’être un combattant, je pouvais être beau et vaniteux – après tout, la société dit toujours que se battre est pas un lieu de femmes, et que si la femme se bat, elle n’est pas féminine.

Aujourd’hui j’ai réalisé que ça n’avait plus rien à voir, ça ne m’appartenait plus, je me bats pour être forte. Cette similitude de la vanité et de la féminité ne devrait pas exister, après tout, c’est pour tout le monde, hommes et femmes.

Mais bien sûr j’aime beaucoup prendre soin de moi, j’adore me maquiller, me faire les ongles… Mais je le fais quand je veux. Je ne suis l’otage d’aucun rituel beauté, je le fais quand j’ai l’esprit et que je me sens bien, et pas toujours.

Parfois, je me sens bien avec mes cheveux en désordre, parfois je me sens bien avec n’importe quelle tenue et ça va, ce qui compte, c’est ce que je ressens.

Aline Silva, combattante olympique
Photo : Lecture | Instagram @alineluta

ATH : Avez-vous toujours aimé et utilisé vos cheveux naturels tels qu’ils sont aujourd’hui ou avez-vous eu des problèmes d’acceptation lorsque la dictature hétéro était un gros problème pour les femmes ?

À: La relation avec mes cheveux était très compliquée. Enfant, mes cheveux ne se bouclaient pas et ne restaient pas raides. Mon grand-père, par exemple, n’arrêtait pas de dire qu’il les couperait, car ils étaient en désordre pendant que je courais.

A cette époque je faisais un peu de tout : j’utilisais un fer plat pour essayer de lisser mes cheveux, je faisais déjà des interventions chimiques (à tel point que mes cheveux sortaient beaucoup lors d’une compétition), et j’avais pour le couper beaucoup – c’est alors que j’ai décidé d’utiliser des tresses, jusqu’à ce qu’elles aient repoussé. C’était aussi difficile parce qu’il y a des années, il n’y avait pas beaucoup de produits pour mon type de cheveux.

Mais, aujourd’hui, je trouve que mes cheveux sont beaux, je n’aime pas me voir « lécher ». A tel point que les dernières fois où j’ai fait du lissage, je n’ai pas aimé. Je m’aime vraiment comme je suis !

ATH : Pendant les combats, vos cheveux doivent toujours être tirés en arrière. Quelle est votre routine de toilettage pour les garder en bonne santé et résistants ?

À: Pendant mes combats, je dois bien tresser mes cheveux, sinon ça me gêne. Et chaque jour mes mèches se cassent beaucoup, beaucoup, en plus d’être naturellement plus sèches. Donc, je fais beaucoup de bains de crème, de massages et de mouillages.

Je prends grand soin de mes cheveux, mais j’intensifie ces soins quand j’ai envie d’y consacrer du temps. Et je l’aime comme ça : il y a des moments où c’est plus frisé, à d’autres c’est plus crépu…

Aline Silva, combattante olympique, les cheveux tressés pendant la compétition
Photo : Lecture | Instagram @alineluta

ATH : Quelles sont les attentes pour les Jeux Olympiques ?

À: Je préfère les laisser aux téléspectateurs moi-même ! Pour moi, cela signifie beaucoup de travail et, pendant la journée, nous nous battons. Si le bon résultat arrive, c’est une conséquence !

proposition de produit

Si vous avez les cheveux bouclés comme Aline, cela vaut la peine de mettre en place un arsenal de produits spécifiques aux cheveux avec cette texture, afin qu’ils obtiennent tous les nutriments dont ils ont besoin pour rester en bonne santé.

ou Shampooing pré-traitement et le Daily Maintenance Conditioner Vitamin Strength Curly Hair ils ont une puissante combinaison de vitamines qui traitent les mèches en profondeur, en plus d’être riches en huile de noix de coco, pour fournir une nutrition instantanée et durable !

Chaque semaine, il est également important d’investir dans un bon masque de traitement pour prendre soin des mèches. LA Masque haute puissance pour personnaliser les cheveux bouclés avec des vitamines Il contient également des niveaux élevés d’huile de noix de coco dans sa composition et améliore les résultats du shampooing et de l’après-shampooing.

Cet article vous avez aidé à mieux prendre soin de vos cheveux ? Retrouvez tous nos guides sur les soins des cheveux dans notre guide complet soin des cheveux

Written by Ghansah Nelly

la rédactrice en chef adjointe categorie des cheveux naturels chez coiffureafro.fr . Une nouvelle voix dans le contenu beauté. Addict aux shampoings secs, adepte des tresses et experte en accessoires capillaires. passionnée de beauté et de mode. Lorsqu'elle n'écrit pas d'articles sur la beauté, vous pouvez la voir tester les produits de beauté nouveaux et innovants les plus en vogue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nouvelle routine : Comment la pandémie a affecté nos vies et nos fils

Nouvelle routine : Comment la pandémie a affecté nos vies et nos fils

Duda Miccuci : "Quand j'ai commencé à aimer mes cheveux, je suis devenue plus confiante"

Duda Miccuci : « Quand j’ai commencé à aimer mes cheveux, je suis devenue plus confiante »